Conseil Départemental : les contrats aidés sont indispensables

Publié le 10/10/2017

La Présidente du Conseil Départemental, Josette BOREL-LINCERTIN, abordera ce mardi 10 octobre 2017, à 15h à la préfecture, le dossier des emplois aidés avec le préfet, Eric MAIRE, le président de Région, Ary CHALUS, et le président de l’Association des maires, JeanClaude PIOCHE.

La présidente du Département réitérera devant le représentant de l’Etat la demande qu’elle a formulée à la ministre des Outre-mer, Annick GIRARDIN, dans un courrier daté du 29 septembre 2017 (en pièce jointe) : un maintien du nombre de contrats aidés à leur niveau de 2016 pour les années 2017 et 2018 avec un taux de prise en charge inchangé, comme le Gouvernement l’a accordé à la Martinique dans un protocole d’accord signé le 26 septembre dernier.

Dans son courrier à la ministre, Josette BOREL-LINCERTIN déplore une décision gouvernementale sur les contrats aidés prise brutalement et sans réelle concertation avec les élus.

Elle défend le rôle essentiel de ces contrats, non seulement comme dispositif permettant l’accès à l’emploi de nombreux Guadeloupéens, mais également comme moyen de remplir d’importantes missions de service public, notamment dans l’éducation, et de préserver la cohésion sociale grâce aux associations oeuvrant dans les politiques d’insertion.

Pour le seul Conseil départemental, ce sont ainsi 309 contrats aidés qu’il conviendrait de préserver afin de tenir les engagements pris par la collectivité. Elle indique aussi que la Guadeloupe est confrontée à des problématiques telles que la pollution des zones de pêche au chlordécone et l’invasion des algues sargasses qui nécessitent le déploiement régulier de brigades bleues et de brigades vertes qui ont été mises en place par l’Etat et aujourd’hui totalement dépendants du dispositif d’emplois aidés.

Josette BOREL-LINCERTIN rappelle que les élus du Conseil départemental ont adopté, dès le 31 août dernier, une motion votée à l’unanimité (en pièce jointe) demandant au Gouvernement de préciser rapidement les modalités par lesquelles les contrats aidés dans les Outre-mer seraient « préservés », comme le Premier ministre Edouard PHILIPPE s’y était engagé dans une interview à BFM TV/RMC le 24 août.

Depuis lors, la présidente du Département ne peut que regretter que le Gouvernement, plutôt que de traiter ce dossier de manière globale, ait préféré répondre « au fil de l’eau » et de manière différenciée selon les territoires, comme en témoigne, outre le protocole d’accord signé en Martinique, la dotation supplémentaire accordée à La Réunion la semaine dernière.

 

Source: Conseil Départementale, le 10 octobre 2017

Voir

La liberté à un prix. Votre soutien est indispensable. | AIDEZ-NOUS

 

 

Conseil Départemental : les contrats aidés sont indispensables.